Partagez | 
 

 Un bandit, des duchesses, et des Rayban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Client
Messages : 31

MessageSujet: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 14:20




feat. LYNXXX


Bonjour à tous ! Mon petit nom est Adal Kersim, mais vous pouvez m'appeler Al, ou encore Stan ou Robin, selon notre relation. Je suis né dans la ville de Kabale, en Ouganda, le 16 septembre 1984. J'ai donc 30 ans aujourd'hui, et je suis célibataire (quoique père d’innombrables bâtards). Avant mon arrivée à l'hôtel j'étais animateur de soirées, si on peut dire. J'ai été prisonnier du Crescent Hotel pendant (tout dépend de la date à laquelle vous lirez ces mots-, entre le 3 octobre 2014 et aujourd'hui. Mon physique je le dois à mes origines russes… (Vérifiez mon passeport : j’ai la nationalité russe) …et au chanteur Lynxxx qui m'a prêtée son visage. Je souhaite intégrer le groupe On the road, again.

Vous connaissez la technique du chat ? En cas de stress intense (maladie, mise bas…) le chat ronronne pour se réconforter lui-même. Plus la situation est dérangeante, plus il galère, et plus Adal paraît décontracté, souriant et affable. Ses copains à l’Université disaient en plaisantant que l’adrénaline était sa marijuana. Ce qui ne l’empêche pas de faire parfois preuve d’une violence décapante, dans ses gestes ou dans ses propos ; mais sans se presser, plutôt comme un sniper qui vise en prenant tout son temps que comme un forcené qui défonce une bonne vieille porte d’hôtel à coups de hache, si vous voyez ce que je veux dire. Il a un feeling naturel avec les bêtes, et s’amuse volontiers à les apprivoiser, mais les refile toujours à quelqu’un tôt ou tard, n’ayant pas la fibre « papa poule ».
D’ailleurs, ses enfants de par le monde n’ont a priori pas connaissance de son existence, et n’ont certainement pas intérêt à réclamer de reprendre contact. Il s’en lave les mains sans aucun scrupule. La nostalgie ne l’étouffe pas non plus. Il aime l’activité, qu’elle soit contemplative ou sportive, et trouve toujours une façon de casser la routine. A l’occasion, il écrit de petites chansons satiriques sur un air connu. C’est un bon camarade, en particulier pour un voyage, mais il faut toujours s’attendre à ce qu’il se réveille en avance et prenne la route de son côté, sans forcément vous laisser un gentil petit mot. Il est fiable, au sens où il ne trahit pas ses principes ; mais ses principes ne sont pas ceux qu’on attend généralement d’un homme fiable.
Il n’a jamais vraiment eu de femmes dans sa vie ; il aime les coups d’un soir, mais comme il aime les randonnées en bord de mer, aucun instinct ne l’y pousse vraiment : on peut dire qu’en matière de sexe, c’est davantage un consommateur festif qu’un véritable alcoolique. Il s’agit avant toute chose de lui rapporter un intérêt, financier ou autre, par exemple de faire mousser son ego dans une période de déprime. Enfin, certains sous-entendus ne lui plaisent absolument pas. Mais vous vous en apercevrez bien assez tôt. C’est souvent suffisant pour qu’il joue un mauvais tour au responsable, ou lui démolisse la figure sur place, selon la gravité de l’offense. De même, il se montre parfois protecteur avec quelqu’un de manière inattendue, quelqu’un qu’il semble choisir au hasard parmi la foule. Généralement, c’est que d’une manière ou d’une autre, cette personne ou cette situation lui a rappelé Thilly.


Thilly et Adal étaient jumeaux. Leurs parents, un consultant militaire et une journaliste d’investigation, étaient ravis d’avoir du premier coup à la fois un garçon et une fille. Ils ne souhaitèrent pas avoir d’autres enfants. Ceux-ci partagèrent leurs jeunes années entre la maison familiale à la capitale, et leurs grands-parents paternels à Kabale dans le Sud, où ils étaient nés ; ils accompagnaient le vieux guide qui conduisait les touristes à l’assaut des montagnes, ils observaient les gorilles, et s’inventaient toutes sortes d’histoires magiques. Chacun des deux parents mit tous ses espoirs et tout son investissement dans l’enfant qui lui ressemblait, et le poussa au succès : Adal en école d’ingénieur, Thilly en école de mannequinat. Ces deux voies séparèrent les enfants, alors qu’ils devenaient adultes, et le dialogue se raréfia, au grand regret d’Adal qui était certainement le plus sentimental des deux.

Au bout du premier semestre, il rentra pour trouver la maison vide, et alla se faire un café en réfléchissant à ce dont il devait discuter avec les autres à leur retour. Il allait devoir changer d’option, et envisageait de prendre une langue étrangère pour faire plus tard un stage dans un pays lointain, une perspective à la fois aventureuse et tout à fait utile pour sa formation. Il terminait sa tasse, appuyé la vitre, quand il vit un agent de police s’approcher de la porte. Il alla lui ouvrir. L’agent, à sa grande surprise, semblait familier des lieux et lui demanda s’il était parent de Thilly. Un petit ami, déjà ? Il se sentit légèrement blessé qu’elle ne lui en ait pas parlé. Mais alors que le policier s’expliquait un peu plus en détail, il comprit que c’était bien plus terrible que cela. Depuis plusieurs semaines, Thilly avait disparu, et l’homme venait rendre compte à ses parents des avancées de l’enquête.

Plus les secondes passaient, à écouter avec horreur et incrédulité, et plus il s’apercevait de détails troublants : le policier ne semblait pas particulièrement inquiet ou motivé, et semblait également s’attendre à ce qu’il partage son état d’esprit. Ses parents ne l’avaient pas averti, or la disparition remontait à la semaine précédente. Le policier supposa qu’ils n’avaient pas voulu le déconcentrer dans ses études.

Enfin, il y avait déjà quelques éléments d’enquête, mais l’homme insistait pour les passer sous silence, et n’y faisait que de vagues allusions : « avec son style de vie… » Quel style de vie menait donc sa sœur, pour justifier une disparition accueillie avec une telle indifférence ? Mannequin ? Etait-ce donc un métier si dangereux ? Il avait peur de comprendre : s’était-elle prostituée ? Droguée ? Ou rapprochée de relations dangereuses, la mafia peut-être ? Il préféra le demander franchement, tant que l’agent était présent pour lui répondre.

« Vous saviez qu’elle s’était rasé la tête ? »
« Oui, pour un shooting. »
« Monsieur, vous êtes son frère jumeau. Vous saviez quand même qu’elle se faisait passer pour un homme. »
« Un homme ? Pourquoi faire ? »

« Pour séduire des femmes, j’imagine. Vous n’étiez pas du tout au courant ? Elle était un peu possédée, votre sœur. »

« Elle n’est pas morte, elle a seulement disparu, alors n’en parlez pas au passé. Je vais discuter de tout ça avec mes parents. Je crois qu’ils ont beaucoup de choses à me dire. Dites-moi seulement où vous en êtes, et je ne vous retiendrai pas plus longtemps. »

Adal était furieux, il avait envie de frapper l’homme et savait qu’il ne se retiendrait pas beaucoup plus longtemps lui non plus, et ce n’était pas du tout le moment de se fâcher avec les autorités. Mais la réponse lui fit oublier toutes ses velléités de diplomatie. Le policier sortit une photo de sa poche, glissée là sans ménagements et froissée comme un vieux ticket de bus. Une oreille dans le caniveau.

« Bien sûr qu’elle est morte. Personne ne demanderait de rançon pour ces gens-là, et personne ne la paierait. Mais on va retrouver le corps, vos parents pensent quand même l’enterrer. »
Une oreille dans le caniveau.

C’est alors que ses parents rentrèrent, des sacs de courses plein les bras. Une bouteille de son vin préféré dépassait du sac porté par son père, ils voulaient fêter son retour. Eh bien, c’était légitime : le retour du seul fils qui leur restait, puisque l’autre n’avait pas été autorisé à naître, d’un commun accord de toute cette belle société. Adal sortit précipitamment de la pièce pour vomir. Comme option, il choisit d’apprendre le russe. Et dès qu’il le put, il sauta dans un avion et partit en stage linguistique. Il était prêt à accepter n’importe quel travail là-bas, pour ne pas être obligé de rentrer chez lui. Thilly reposait maintenant dans sa tombe. Ou plutôt, ce qu’il en restait, ce qu’on avait pu retrouver. On aurait dit qu’une meute de chiens enragés s’était acharnée sur son cadavre. Adal y avait laissé une partie de lui-même, et plus personne ne lui fit jamais la remarque qu’il était trop sentimental. Au contraire, il était connu pour un humour acerbe, irrespectueux voire morbide, qu’il appelait avec un petit sourire « son humour noir ».

Nous le retrouvons dix ans plus tard, égal à lui-même, et avec le métier de ses rêves. Non, pas ce petit job de formateur technique à mi-temps sur une base militaire. Ce n’est pas ça qui payait son appartement luxueux, ses costumes extravagants et ses lunettes de soleil de designer. Toujours aussi pince sans rire, il vous aurait avoué à mi-voix autour d’un cocktail de luxe qu’il avait « un travail au noir ». Le climat avait fortement dégénéré, parallèlement d’ailleurs, que ce soit dans son pays d’origine ou dans son pays d’adoption, en direction de ce qu’il appelait une homophobie d’Etat. Il s’était inscrit sur quelques sites d’escort clandestins sous le pseudonyme de Stan Karazin, inspiré du nom d’un célèbre bandit, un chef cosaque rebelle et nomade des anciens temps ; et sa rébellion prenait une forme toute particulière.

« Stan » bradait ses services comme étalon, et pas à n’importe qui : aux couples de femmes, et aux couples d’hommes ayant trouvé une mère porteuse volontaire, mais dans l’incapacité d’entretenir avec elle une intimité productive. Si les femmes étaient aussi hostiles à l’intimité hétérosexuelle, il se contentait de leur fournir la substance manquante, et au besoin, leur apprenait comment se débrouiller avec. Et tant qu’il y était, histoire de faire couverture, il vendait aussi ses massages aux riches « duchesses », comme il les appelait, plus généralement de nouvelles riches désœuvrées, qui se distrayaient d’un flirt avec la décadence exotique.

Tout cela lui convenait parfaitement, et aurait pu durer un milliard d’années, mais il fallait bien que la police, elle aussi, se distraie ; ce qu’elle fit en introduisant de faux clients auprès de quelques agences d’escorts, pour vérifier les mœurs en usage. Le dénommé « Stan » se fit griller en beauté. Ce n’était plus qu’une question de jours avant que l’on remonte jusqu’à sa véritable identité, et lorsqu’on saurait qu’il travaillait en partenariat avec l’Etat, sur un site militaire, la sévérité de son châtiment n’en serait que plus absolue. Il n’était pas vraiment en position de tergiverser. Il rassembla ses possessions les plus précieuses, ses économies, et comme il l’avait fait dix ans plus tôt, sauta dans le premier avion venu. De toute façon, il avait bien envie de se faire Las Vegas pour son anniversaire. Le séjour serait simplement plus long que prévu. Il débarqua à New York, visita un peu la ville, puis loua une voiture et entreprit la traversée du Midwest. On ne le retrouverait jamais. Il n’imaginait simplement pas que cette phrase était à prendre au sens littéral.

Comment es-tu arrivée au Crescent Hotel ? Au hasard d’une cavale. Il faut croire que j’ai été gobé par plus gros poisson que moi.
Quelle réaction as-tu eu lorsque tu as appris que tu étais prisonnier de cet hôtel ? Intéressé. C’était l’occasion de disparaître un certain temps, et de passer pour mort aux yeux de mes poursuivants. J’ai pris garde à ne m’attacher à personne, au cas où un psychopathe s’apprête à tuer mes nouveaux amis, moi-même, ou à faire partie de mes nouveaux amis ; qui sait. Et j’ai essayé de profiter au maximum de cette vie suspendue.
Que regrettes-tu le plus de ton ancienne vie ? « Les duchesses. » Pardon, moi et mes citations obscures… -Celui qui trouve d’où ça sort a gagné un carambar.- Bien sûr, j’aimais mon métier en Russie mais aussi étrange que cela paraisse, j’aimais encore mieux la cavale à travers le Midwest.
Que penses-tu de l'Hôte ? Il gagne certainement à être mieux connu. Mais je ne lui confierais pas mes petits-enfants à garder pour la soirée.
Selon toi, qui est réellement le Faucheur ? Une vieille grand-mère grincheuse clouée dans son fauteuil. On devrait se cotiser pour lui offrir une Playstation, ou autre moyen de se distraire. C’est aussi comme ça que je décris Dieu, si vous vous posiez la question.
Et maintenant que tu es libre, comment te sens-tu ? Je ne me suis pas échappé en juin puisque j'arrive à peine. Mais je reste libre de m'amuser dans l'enceinte de l'hôtel, donc... Je me suis déjà préparé un nouveau pseudonyme, si je peux reprendre mes petites activités. Robin Stood, ça sonne bien non ? Encore un jeu de mot sur le nom d’un bandit justicier ; sur le double sens, idéaliste et grivois, du verbe « se lever » ; et sur ce merveilleux mot « stud » qui évoque tant d’image plaisantes et variées. Je n’en fais jamais d’autres, décidément. Et si j'arrive à m’accommoder du statu quo, je m’établirai peut-être à cet hôtel, finalement.

Salut les gars ! En réalité, je m'appelle Allan mais sur le web on m'appelle bah… appelez-moi Adal. Actuellement j'ai 29 ans, et si j'ai bien regardé dans ma culotte je suis un hermaphrodite. Je me suis fait piéger sur Huis Clos en cherchant sur Google un forum à intrigue policière, et j'aimerai dire que si Dieu avait voulu qu’on marche, il aurait pas inventé les patins à roulettes. Finalement, j'aimerais dire que je ne suis absolument pas atteint d'une psychose, me faisant perdre tout contact avec la réalité. J’ai beaucoup d’autres particularités, mais pas celle-là Wink

Code à remplir :

Code:
[color=#CD5C5C]Lynxxx : Adal Kersim[/color]
fiche par ©️ anouk






Dernière édition par Adal Kersim le Ven 14 Nov - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client (modo)
Messages : 302
Age : 34

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 14:37

Bienvenue sur le forum !
Si t'as un soucis ou un problème, t'hésites pas à envoyer un message à Rachel, Aby ou moi :)
Bon courage pour ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client
Messages : 31

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 15:17

Merci de l'accueil, mon Julot. Eh bien très honnêtement, je ne sais pas sur quel pied danser. Là, j'ai raconté dans la partie biographie mon parcours jusqu'à Crescent Hotel, et dans le questionnaire qui suit, mes impressions sur ce qui s'est passé après. Mais je ne peux pas tellement développer, je manque de précisions. Il faudrait me guider dans ce dédale, vois-tu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client (modo)
Messages : 302
Age : 34

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 16:45

J'vais faire comme si j'avais pas vu le surnom :p
Well, qu'est-ce qui te pose problème au sujet de l'hôtel ? Dis moi tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client
Messages : 31

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 17:23

Fais donc - et encore, j'aurais pu citer Shakespeare.

Eh bien c'est que je ne connais personne, ça m'est donc difficile de décrire mes agissements et autres connaissances du temps passé à l'hôtel, ce qui a fatalement une influence sur mes déplacements après l'avoir quitté. Ok, moi, je ne me rapproche trop de personne. Mais quelqu'un d'autre aura pu se rapprocher de moi. Et si je veux vivre d'émouvantes retrouvailles avec d'anciens codétenus, ça serait agréable également de savoir quel souvenir ils ont conservé de moi. Ce genre de menus détails, donc. Juste un petit portrait de famille, a priori, de ce qui a pu se jouer entre un type comme moi et des gens comme eux, pendant les quelques mois incriminés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client (modo)
Messages : 302
Age : 34

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 17:42

Ok, j'vois le soucis.
En faite, ton personne peut très bien être arrivé récemment à l'hôtel, ce qui fait que tu n'aurais pas besoin de prendre en compte l'épisode de la dernière intrigue qui s'est déroulé sur le forum autour de Juin (l'explosion dans les cuisines, la libération des clients et le retour des clients dans l'hôtel par rapport à l'intrigue actuelle qui se déroule sur le forum) Du coup je pense que ça sera beaucoup plus simple pour toi. Sauf si tu tiens absolument à faire débarquer ton personnage avant l'intrigue sur 31 octobre qui signe le retour de tous les anciens clients aux Crescent Hotel :)

Mais sinon après niveau lien, c'est pas forcément le soucis, à moi que ça t'importe vraiment, au quel cas doit y avoir moyen de faire appel aux autres si ça les intéressent, sinon tu brodes un résumé. C'est toi qui vois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client
Messages : 31

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 17:45

Aaaaaaaaaah, je vois. Je croyais que tout le monde était au régime "petite sortie le 9 juin". Et je n'étais pas bien sûr de ce qui restait de l'hôtel après une telle catastrophe. C'est pas tellement mon genre de me pointer dans un champ de ruines avec ma petite valise, ok c'est l'Arkansas mais faut pas pousser... Bien bien, si je peux être un simple arrivant, je crois que ce sera effectivement plus simple pour tout le monde. Je vais rectifier l'histoire en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
la vendeuse de larmes (admin)
Messages : 1671
Age : 24

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Ven 14 Nov - 22:47

Ouiii! C'est une bonne idée Very Happy

Bienvenue en passant <3 j'espèrevque tu t'y plairas ici en tout cas ton perso semble chouette Very Happy

Et préviens-nous quand ta fiche est fenie :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
avatar
Client
Messages : 31

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Sam 15 Nov - 6:08

Je dirais que c'est fait, darling.

En bonus : le monsieur en action (je ne suis pas un grand fan des gifs, mais comme ça les amateurs auront leur eye candy.)

Ifeoma:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'hôtelier
Messages : 262

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Sam 15 Nov - 17:47


Bienvenue sur Huis Clos!

Vous voilà partis à l'aventure dans les États-Unis d'Amérique. Il vous faudra donc savoir vous orientez dans ce grand pays. Faire des rencontres seraient peut-être utile également pour en apprendre plus sur votre situation et sur celle des autres. Commencez donc par aller vous faire une fiche de liens et de topics pour vous dévoiler au reste des poissons du Faucheur! Peut-être aussi serait-il nécessaire de visiter le coin des listes du forum qui peuvent être intéressantes pour trouver un compagnon de RP, un futur métier à votre personnage (si désiré) ainsi que répertorier votre double-compte (si cette condition vous applique). Mais ne vous inquiétez pas! En ces murs, il n'y a pas qu'effroi. Le flood est d'ailleurs un endroit bien accueuillant pour les nouveaux arrivants. Ah! Et j'oubliais: les annonces doivent être tenues en compte si possible et sans doute voudrez-vous jeter un coup-d'œil au journal du Faucheur? Enfin... Ce sont des conseils d'amis.

Bonne chance dans cette aventure et longue vie au Faucheur!












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huisclos.forums-gratuits.fr
avatar
Cliente (admin)
Messages : 1095
Age : 26

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Lun 17 Nov - 13:40

Coucou !

Après un oubli de notre Aby nationale, je voulais simplement te faire savoir que ton rang "client" t'a été attribué et que tu fais partit de l'équipe de Roseberry ^^

Pour plus de renseignements sur la guerre des groupes, je t'invite à lire ce sujet. Si tu as des questions, n'hésites surtout pas à les poser ^^

Bon jeu ! ♥










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Client
Messages : 31

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Lun 17 Nov - 13:57

Très bien, le sort en est jeté. Je m'efforcerai d'être un champion sans faille de cette noble dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cliente
Messages : 697
Age : 34

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Lun 17 Nov - 19:12

Bienvenue sur le forum, avec un peu de retard !
J'espère que tu te plairas parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huitiemeguerre.blogspot.fr/
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   Lun 17 Nov - 19:20

Bienvenue sur le forum ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un bandit, des duchesses, et des Rayban   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un bandit, des duchesses, et des Rayban
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est le role d'un presume bandit au sein de la CND?
» ENFIN ON VIENT DE POSER LES PIEDS SUR LE BANDIT QUI A TIRE SUR LE PRESIDENT !
» Alors là, super bandit !
» Bandit Caniche abricot mâle 2 ans 3 mois (Belgique) ADOPTE
» Vue du fabuleux royaume d'un bandit criminel Amaral Duclona

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Bienvenue sur Huis Clos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: