Partagez | 
 

 Lou C. de Beauvoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 20:00




feat. Keira Knightley


Bonjour à tous ! Mon petit nom est Lou Camille de Beauvoir, mais vous pouvez m'appeler Lou. Je suis née dans la ville de Paris, en France, le 29 décembre 1985. J'ai donc 27 ans aujourd'hui, et je suis célibataire. Avant mon arrivée à l'hôtel j'étais Journaliste de mode. Je suis prisonnier du Crescent Hotel depuis le 9 juin 2013. Mon physique je le dois à mes origines françaises et à Keira Knightley qui m'a prêtée son visage. Je souhaite intégrer le groupe On the road.

Je ne sais pas trop comment je devrais me décrire. Oui, comme tout le monde j'ai mon caractère bien à moi, à la fois simple et terriblement complexe. En général on dit que je suis timide, c'est vrai que j'ai du mal à aller vers les gens que je ne connais pas. Pas de quoi être à l'aise lorsque l'on doit serrer des mains à des gens qui ne connaissent rien de nous et dont on ne connait également rien d'eux. Je pense que c'est surtout de la méfiance et un grand manque de confiance en moi. Je sais, c'est bête de dire ça, mais je n'ai pas confiance en moi. Pourquoi ? Sans doute de mauvais souvenirs d'enfance quand je faisais mes devoirs à la maison et que ma mère grondait après moi parce que je ne comprenais pas les exercices. Je me revois encore entrain de pleurer, me braquant contre elle qui me forçait à travailler. Et puis comme je l'énervais, j'avais le droit de prendre quelques claques. C'est aussi sans doute à cause de cela qu'en grandissant, je n'ai jamais aimé faire mes devoirs. Pourtant ma mère n'était pas méchante, ce n'était pas non plus un monstre. Mais sans le vouloir, elle m'a fait perdre la confiance qu'elle aurait du me donner en tant que mère. Je ne sais pas pourquoi je vous raconte tout ça. C'est une façon comme une autre de décrire son caractère. Alors par ce manque de confiance là et de ma timidité, j'ai grandement manqué de sécurité. Petite, j'avais peur des gens, de l'opinion qu'ils pouvaient avoir sur moi. Je n'ai jamais pu supporter que l'on me critique, le regard des autres étant une torture pour moi. Cela a d'ailleurs tendance à me rendre hypocrite, presque mauvaise langue juste pour blesser la personne en face et lui rendre la monnaie de sa pièce. Je ne me suis jamais trouvée belle, ni quoi que ce soit. D'ailleurs aujourd'hui encore je doute beaucoup de moi. Je cherche en permanence la sécurité et j'aime la trouver chez les hommes. Ce qui est d'ailleurs assez paradoxale puisque je ne me méfie également des hommes. Je sais ce qu'ils ont en tête la plus part du temps, je sais à quoi ils pensent et où ils veulent aller. Il faut bien avouer que je suis un peu joueuse avec eux, mais c'est uniquement pour tenter de gagner confiance en moi, de me dire que l'on me trouve belle, séduisante, charmante. Alors je joue, je manipule. Une vraie sirène parfois. Et puis l'amour... je ne suis jamais tombée amoureuse, pas une seule fois. Je n'arrive pas à concevoir comment deux personnes peuvent s'aimer sans jamais réussir à savoir ce que pense l'autre. J'en ai déduit qu'il s'agissait d'une histoire de confiance. Hors vous le savez, je ne suis pas capable de faire confiance à quelqu'un alors que je n'ai déjà pas confiance en moi. J'ai bien trop peur d'être trahis, abandonnée par celui à qui j'aurais donné mon coeur. Ainsi, au lieu de souffrir inutilement, je préfère frapper avant d'être trahis. Vous l'aurez donc compris, je ne suis pas un cœur à prendre. Mais j'aime tellement la compagnie des hommes... Je pense que j'ai davantage besoin d'un ami et protecteur que d'un homme à aimer et chérir. J'ai d'ailleurs ma propre philosophie de ce que doit être un couple et ce n'est pas du tout l'image habituel que l'on s'en fait. La liberté, surtout dans cet hôtel, est sans doute la dernière illusion que l'on peut se permettre. Alors merci, mais non merci, je n'ai pas envie d'être enchainée à quelqu'un, je préfère papillonner, voire même courir plusieurs lièvres en même temps rien que pour mon plaisir. Outre mes défauts et névroses, je dois quand même avouer que je suis de plaisante compagnie, j'aime rire, discuter, observer le monde. Quand je connais les gens, je m'avère être une personne très ouverte, bavarde, ayant tendance à dire beaucoup de bêtises, oubliant presque que je n'ai pas confiance en moi. Je préfère néanmoins accorder mon temps à une personne à la fois car je suis quelqu'un qui fonctionne en duo. Mais attention, car lorsque je commence à voir les défauts de l'autre, je m'en lasse vite et j'éprouve le besoin de changer, une sorte de recherche perpétuelle du renouveau. Je ne prends jamais le temps de me poser pour apprécier ce que j'ai durement acquis. A la façon des oiseaux migrateurs, je vole à tire d'ailes jusqu'à frôler l'épuisement. Mais je suis comme ça, j'ai besoin de bouger, de découvrir des choses, des pays, des gens, des cultures. D'autant plus que je suis une personne curieuse de nature qui aime apprendre et comprendre le monde qui l'entour. Je ne sais que rajouter de plus si ce n'est que je ne saurais jamais faire le tour de tout mon caractère. Je pense vous avoir dit le plus gros morceau. Sans doute découvrirez vous que je suis une personne qui a tendance à manquer de réaction face aux événements violents, incroyables, etc. Oui, j'ai la fâcheuse habitude de réagir beaucoup plus tard que prévenu et les souvenirs les plus heureux sont pour moi plus douloureux que le simple fait d'être enfermé dans cet hôtel. Mais ce manque de réactivité me permet également d'être une habile comédienne et menteuse.
Jolie brune d'un mètre soixante dix, je suis d'apparence fine, voir trop maigre pour ceux qui ne me connaissent pas. Je suis une silhouette tout en longueur à la taille fine. Enfant, j'avais quelques problèmes de santé qui m'avaient empêcher de prendre du poids, manger était une vraie torture. Mais aujourd'hui, je me sent mieux dans mon corps, pleine de vie. J'ai gardé ce physique élancé, tout en parvenant à me muscler un peu grâce aux cours de gym et de yoga qui m'ont aidé à garder le contrôle dans les moments difficiles. Aujourd'hui encore, puis que j'ai le temps, je continue à faire du sport, histoire de en pas tourner en rond et me laisser dépérir. Je dois pourtant avouer que le manque de soleil n'est pas pour plaire à ma peau délicate. Si délicate qu'il ne fait pas bon de se cogner au coin d'une porte car les hématomes ne tardent pas à arriver en règle général. Enfin, ils ne restent pas plus d'une semaine d'habitude. Outre cela, j'aime avoir les cheveux longs, ayant l'avantage de pouvoir en faire ce que je veux. Tantôt libre, tantôt attaché en chignon ou en queue de cheval. Et même si je n'ai peu de confiance en moi, j'aime me faire plaisir en me maquillant. Jamais trop, ni trop peu. J'aime le naturel, la discrétion en règle général. Pour les vêtements, je suis à la mode parisienne. Cela veut tout et rien dire. Je n'ai de préférence pour aucun style, tout semble pouvoir m'aller. Du coup, je varie les genres au gré de mes envies. Un coup ballerine, un coup talons hauts ou sandales. Après tout, il faut bien réussir à se faire un peu plaisir dans cet endroit si moche et dépourvu de tout caractère en matière de décoration intérieur. Du reste, vous aurez bien assez à découvrir lorsque vous me verrez me balader dans les couloirs, avec mon air de française un peu hautaine à cause de mon port de cou naturellement haut. Mon physique me rend victime de mes origines parisiennes.

Paris, grande et majestueuse capitale française. Centre historique, culturel, politique et plus encore. Voilà pour situer un peu mes origines. Je suis née dans le XVIème arrondissement de Paris. Sans plus entrer dans les détails pour donner le nom de l’hôpital qui m’a vu naître, je vous dirais que l’accouchement se passa dans les meilleurs des conditions bien que j’eu l’épaule droite déboîtée. Mais preuve que tout s’était bien déroulé, je n’ai jamais eu souvenir d’une quelconque douleur à cette épaule. J’étais un bébé sage, mes parents peuvent encore en témoigner. Ainsi étais-je le fruit de l’union d’un militaire et d’une couturière. Lui était issu d’une famille bourgeoise et se prénommait Philippe. Un homme posé, intelligent et débrouillard qui avait un assez bon sens de l’humour quand on le connaissait bien. Elle était une femme issue d’un milieu un peu plus modeste et portait le doux prénom de Véronique. Femme franche, bavarde et pleine de vie, c’était une personne qui aimait travailler et découvrir de nouvelles choses. Le seul bémol ayant été le fait que j’arrive beaucoup trop tôt dans leur couple. Ma mère n’avait que 20 ans et lui seulement 22 ans. Il fallut l’aide de la famille pour qu’ils parviennent à s’en sortir avec un enfant en bas âge. Mes parents travaillaient déjà tout deux. Je me retrouvais souvent chez mes grands parents paternels qui me choyaient et me dorlotaient avec plaisir. Lors de mes trois ans, mon père parti en campagne dans les Philippines  pendant près d’un an. Mécanicien avion dans l’armée de l’air, il ne pouvait refuser l’argent que cela pourrait apporter à sa famille. Je n’étais qu’une enfant qui ne voyait pas le temps passer. Un an m’avait paru passer comme un TGV sur les rails. Maternelle, primaire, la bonne époque sauf lorsqu’il s’agissait de faire mes devoirs le soir. Je détestais faire mes devoirs parce que lorsque je ne comprenais pas ma mère me forçait à travailler. J’en pleurais, devenant rouge non pas de colère mais de peur, effrayée par les claques qu’il m’arrivait parfois de prendre. Cela n’arrivait pas tout le temps, mais lorsque cela arrivait c’était terrible. Pourtant ma mère n’était pas un monstre, mais elle n’arrivait pas à se dire que je pouvais ne pas réussir, ce qui l’énervait profondément alors que la journée avait été pour elle aussi très épuisante. Ce n’était évident pour personne. Mon père, quant à lui n’était pas là la semaine. Il ne rentrait que le vendredi soir pour repartir le dimanche soir. Je me souviens de lui qui me faisait peur parce que je ne le voyais jamais rire. C’était un bien curieux personnage selon moi qui ne le voyait que deux jours par semaine. Un homme qui me semblait colérique, voir violent. Mais en grandissant j’ai appris à mieux le connaître et à me rendre compte qu’il avait simplement parfois peu de patience. Il était devenu mon héros absent, celui qui sauvait le monde des méchants un peu à la façon de Bruce Willis. Il en ressort que de tout ce climat familial, nous n’étions pas du genre à discuter et à mettre les choses à plat sur la table lorsque ça n’allait pas. De toute manière, dès lors qu’il s’agit de m’exprimer sur quelque chose et de le dire clairement, je fonds en larme comme glace au soleil. Je suis tout simplement incapable de parler avec mes parents, les larmes me montent si vite aux yeux et je ne parviens plus à garder mon calme. Je ne suis qu’une guimauve que l’on jetterait dans un feu. Et puis mon petit frère est né, Christophe. Un sacré petit garçon curieux de tout, bavard et dragueur envers la gente féminine. Après tout, qui n’aurait pas craqué sur sa bouille ? Mais au début, lui et moi étions comme chien et chat, je le détestais profondément et tous les moyens étaient bons pour se faire la guerre. Au milieu de tout ça, le chien, Vulcain. Un adorable corniaud au cœur gros et remplit de tendresse. C’était le chien de mon père, la créature la plus adorable du monde et terriblement beau. J’adorais aller le promener dans les rues de notre quartiers dans le XVIème, les gens nous connaissaient. Il était mon rayon de soleil tandis qu’au collège j’étais la tête de turque de ma classe. J’avais certes des amis, mais ils se comptaient seulement sur les cinq doigts de ma main. Période difficile puisque je redoublais ma troisième. Cinq longues années dans le même collège… Une bien horrible torture. Et puis arriva le lycée. Dans ma classe je ne connaissais personne. Une sorte de nouveau départ en somme. Et se fut rudement bien mené puisque j’avais réussi à me faire des quantités d’amis avec qui j’avais passé de bon moment. Mais le passé me poursuivait, mon manque de confiance en moi me suivait à la trace. Durant ces trois années prospère j’eu mon premier petit ami, mais je devais bien avouer que je ne l’aimais pas, j’étais juste contente que l’on s’intéresse à moi. Puis il y en eu un second mais lui non plus ne m’intéressait pas plus que cela. Je retrouvais également un ami que j’avais connu un été. Tellement de choses se passèrent durant mon adolescence. Le décès de mon parrain et la même année celui de Vulcain. Oui c’était ridicule de pleurer la mort d’un chien, mais c’était mon chien, mon compagnon d’infortune. Mon frère et moi étions devenus des complices après des années de guerres ouvertes. Nous nous étions aussi éloignés de la famille de ma mère à cause d’histoire d’héritage. L’argent avait le doit de déchirer les gens les plus uni. Mon monde commençait à se morceler lentement. J’entrepris alors de faire des études d’art pour m’évader dans un autre monde, rencontrer d’autres personnes, sortir un peu de Paris. J’avais une passion dévorante pour les armes, un besoin incontrôlable de chercher la sécurité que mon père n’avait jamais su me donner puis qu’il n’était pas souvent là. Et puis le patron de ma mère mourut, l’entreprise coula à pique tandis que ma chère maman commençait à tomber en dépression. Notre appartement dans le XVIème était devenu une prison dorée et personne ne parlaient des problèmes. Mon père continuait de faire comme si tout allait bien parce qu’il n’avait pas envie que son paradis terrestre devienne un enfer car lui aussi voyait se profiler une ombre dans son travail, des suppressions de postes dans l'armée. La France, ce beau pays était entrain de changer autant que les gens qui m’entouraient. L’impression de ne rien contrôler. Je sentais à quel point la vie n’était qu’éphémère et que rien ne pouvait durer dans le temps. Ma grand-mère paternelle en fut le meilleur des exemples. Une jambe cassée et en peu de temps tout son corps faiblit, comme une suite de dominos tombaient tous les un après les autres... Elle est morte après un cancer avancé aux poumons. Plusieurs fois je m’étais demandé où j’en étais, où je voulais aller et comment faire. Je n’étais pas heureuse, je ne savais pas non plus comment l’être. Mes études ne me donnaient pas le temps d’avoir un petit ami et j’avais eu très peu d’expérience de couple pour comprendre le fonctionnement que pouvaient entretenir un homme et une femme. Un tourbillon infernal duquel il fallait que je me sorte. Mais aussi étrange que cela pouvait paraître, cela n’affectait en rien mon travail. A la sortie de mes études, je fus engagé par un magazine de mode. Ce jour là j’étais tellement heureuse ! Cela marquait un tournant dans ma vie. Aménager dans un appartement à moi toute seule, mon premier job, ma voiture. La vie dont j’avais besoin pour trouver du temps pour moi. J’adoptais même un chien pour me tenir compagnie en souvenir de Vulcain. Mais celui-ci, au lieu d’être noir ébène, ressemblait étrangement à un petit renard. Et pour rester dans l’originalité, je l’avais appelé Pirate. Un nom qui  lui allait comme un gant puis qu’il s’avéra être un voleur de première avec un caractère de dominant à tendance peureuse. Un sacré numéro qu’il me fallait envoyer au dressage pour reprendre rapidement le dessus sur lui. Finalement il se révéla être un amour très câlin, jaloux et pot de colle, tout ce qu’il me fallait. Je le traînais partout avec moi, au travail, en soirée, etc. Son physique de renard le rendit reconnaissable mieux que moi. On connaissait d’ailleurs plus mon chien que moi-même. Une vraie célébrité. Ce fut sans doute grâce à lui que je devins journaliste pour de grands magazines de mode, rédigeant parfois pour Vogue Paris, assistant au festival de Cannes et aux fashion week. Jamais l’ombre d’un amant à l’horizon. Mais j’avais trouvé ce qui me rendait heureuse. J’étais libre pour la première fois de ma vie. Je me sentais bien dans ma peau même s’il me manquait encore cette sécurité que je recherchais tant. Et puis un jour je décidais de partir à l’aventure en acceptant de faire un article sur les Etats-Unis, le style de vie là bas. L’occasion de découvrir ce grand pays de l’autre côté de l’océan. New York, Chicago, Los Angeles, San Francisco, Las Vegas et tellement d’autres villes. Mon moyen de transport ? La voiture. Arrivée dans la Big Apple, je louais une sympathique Ford Mondéo même si j’auvais préféré une Citroën. Enfin, je n’étais plus en France à présent. Pirate avec moi, sacs chargés, nous étions prêts à affronter les grandes étendues. Je rêvais déjà des plaines de l’ouest américain, à l’époque des westerns. Et puis je me suis arrêtée une nuit à Eureka Springs. J’avais déjà en tête mon trajet du lendemain. Et puis les portes se sont refermées sur nous. Pour la première fois j’ai entendu Pirate grogner comme un loup grognerait en sentant le danger. Je n’avais pas compris sur le coup. Et puis après une première nuit passée à l’hôtel, j’appris alors que c’était la fin de mon voyage. Cet hôtel serait mon tombeau.

Comment es-tu arrivée au Crescent Hotel ? En faisant une halte pour la nuit.
Quelle réaction as-tu eu lorsque tu as appris que tu étais prisonnier de cet hôtel ? j'ai été sans réaction, un peu comme si la SNCF venait de nous apprendre qu'un homme s'était suicidé sur les rails et que l'on aurait pas de train avant une demi heure. Donc on prend son mal en patience et on attend.
Que regrettes-tu le plus de ton ancienne vie ? Ne plus revoir Paris.
Que penses-tu de l'Hôte ? Je ne sais pas, je n'ai pas encore eu l'occasion de prendre une tasse de thé avec lui.
Selon toi, qui est réellement le Faucheur ? Quelqu'un de très intelligent, voir sociopathe.

Salut les gars ! En réalité, je m'appelle Nathalie mais sur le web on m'appelle Brume Sauvage. Actuellement j'ai 21 ans, et si j'ai bien regardé dans ma culotte je suis une . Je me suis fait piégée sur Huis Clos en suivant bêtement mon grand frère, et j'aimerai dire que j'adore les designs et le contexte. Finalement, j'aimerais dire que je suis atteinte d'une Psychose, me faisant perdre tout contact avec la réalité.
fiche par © anouk




Dernière édition par Lou C. de Beauvoir le Sam 14 Déc - 9:18, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
avatar
Cliente (admin)
Messages : 1095
Age : 26

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 20:10

Bienvenue !
Si tu as des questions, n'hésites pas !
Courage pour ta fiche ! ^^










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 20:12

Merci Calin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
avatar
† Bibliothécaire †
Acheteur des Pleurs
Messages : 305
Age : 38

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 20:31

Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-against-god.roleplaylife.net/
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 21:02

Youpi Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
avatar
la vendeuse de larmes (admin)
Messages : 1671
Age : 24

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 21:05

Lou! =o mes amis m'appelle comme ça IRL. u_u I'm chocked. Beau nom en tout cas Wink (en plus De Beauvoir comme Simone OMG)

Au plaisir de RP et Flooder avec toi!

Abyby

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 21:15

Merci Very Happy (oui comme Simone *3*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Sam 8 Juin - 21:21

Ton frère ?

Bienvenue parmi nous en tout cas, bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Client
Messages : 764
Age : 37

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 4:46

Oui c'est qui ton frère ?!? OMG

Sinon bienvenue !

Au plaisir de te croiser sur le fo', et courage pour ta fiche ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 10:28

Oh une belle Keira **
Bienvenue ! Au plaisir de Rp avec toi Cute
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 10:50

Bienvenue madame !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 10:55

Merci à vous 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 11:14

KeiraKeiraKeiraKeiraKeiraKeiraKeiraKeira *o* Carpe Kiss Fire Disco Fleur Youpi Trio barjot Yeep ! Saute Dance Superman Cleopatre Coeur Bave Touche moi pas Cute Check Happy Rebond Sadique Sous la couette Trio pro Oh my god ! ZzzZzzZ No dodo Paniqué Groupie Cheerleader Pluie Dieu Secret Toctoc Lèche cul Perd la boule Fuck Sautons ensemble Bulle Au delà Ronflex Calin Dance 2 Chat Cache moi Fraise Gnah Satan Carpe Sushie Bourré Hullahoop In love Top-là Cow-boy Fête Music Slurp Tada Duck Cry cry Indian & cow boy Dalleux OMG Scream Hurra Héhé fun L\'hôte Sushi Rageux Monstre Jongleur Arc-en-ciel PQ Bazinga Puf Classieux Frustrated SaintePoêle na Niark :hin: :mg: gangnam Nyan Cat Patrick <3 sad bob loveur allez viens i love you toctoc party hard meurt tête à claque rpz meugnon

Réserves moi un liens ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cliente
Messages : 697
Age : 34

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 11:17

Bienvenue à toi !

Bon courage pour finir ta fiche et à très bientôt le plaisir de RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huitiemeguerre.blogspot.fr/
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 11:18

pas de soucis Alice ( :

Merci Eileen :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
avatar
Cliente (admin)
Messages : 1095
Age : 26

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 15:33

C'est avec grand plaisir et honneur que je te valide !
Je t'assigne la chambre 301 !
Soyez heureux toi et ton chien ! (C'est mon fils qui serait content de le voir... ou pas ?)

Bon jeu ! Duck










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cliente
Messages : 222
Age : 31

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Dim 9 Juin - 15:38

Merci bien Rachel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   Lun 10 Juin - 17:08

Bienvenue ! Very Happy Et bon courage pour ta fic... euh, non, j'arrive trop tard. ><
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lou C. de Beauvoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lou C. de Beauvoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déclaration de guerre du puissant chef vodou Max Beauvoir contre des evangeliste
» CONFESSION DE BEAUVOIR JEAN EX-CHEF GANG DE MASTER B A MONTRÉAL-NORD
» Beauvoir Jean:« Des aspects positifs des les gang de rue »
» Aristide rendez-nous les 350 millions, le peuple a faim!
» Formation d'un nouveau bloc à la chambre basse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Bienvenue sur Huis Clos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: